logo Avis Achat Immobilier Avis Achat Immobilier Accueil Livre Articles Simulateurs A propos Contact
Image de l'article sur l'écologie et le bâtiment

COMMENT FAIRE UNE RÉNOVATION ÉCOLOGIQUE EN PROFITANT DES AIDES


par Jules Comte-Hauban
le 25 septembre 2021



Ces dernières années et en particulier depuis la crise du covid-19, l’écologie est devenu un sujet de premier plan. Le résidentiel étant un secteur très énergivore, les propriétaires occupants et les bailleurs ne peuvent plus ignorer cette problématique. Des mesures s’imposent, notamment en effectuant une rénovation écologique pour améliorer les performances énergétiques de ses biens. Heureusement, il existe plusieurs dispositifs, aides et subventions pour alléger la facture.


Sommaire

Un sujet politique et immobilier
Chauffage et isolation: la priorité
Le problème de la ventilation mécanique
Ne pas négliger l’été
Générer de l'énergie pour rendre sa maison passive
Faire une rénovation écologique et économique grâce aux subventions
Quelques pistes pour les propriétaires qui veulent aller plus loin
Conclusion




Un sujet politique et immobilier


Peu importe si l’on est un « écolo » ou non, les lois deviennent de plus en plus contraignantes sur les dépenses énergétiques des habitats. On peut citer notamment la loi climat et résilience de 2021 qui interdit la location des passoires thermiques à partir de 2028. D’ici là, il sera interdit d’augmenter le loyer des logements F et G (passoires thermiques) lors du renouvellement du bail ou de la remise en location.

Mieux vaut réaliser des travaux éligibles aux primes/coup de pouce pour baisser sa consommation d'énergie tant que les aides existent. On se doute que les lois seront encore plus strictes à l’avenir, d’où l’intérêt de viser encore plus haut.

Législatif mis à part, il ne faut pas sous-estimer les changements des habitudes des locataires si l'on est bailleur. On peut raisonnablement estimer que les gens deviendront plus exigeants concernant l’efficacité énergétique de leurs logements. Il est donc impératif de s’assurer de la bonne performance thermique de ses biens immobiliers. De plus, en cas de revente, cela peut être un bon argument à mettre en avant.


Chauffage et isolation: la priorité


Si l’on veut rendre son bâtiment plus écologique, la priorité reste l’isolation thermique. Pour en mesurer la performance, on peut s'appuyer sur le diagnostic de performance énergétique (DPE).

Thermiquement parlant, la chaleur ne s’échappe pas dans les mêmes proportions sur toute la surface du bâtiment. On le sait, l’air chaud monte. Par conséquent, c’est l’isolation de la toiture, l'isolation des combles et des plafonds qui est à faire en priorité pour limiter les déperditions des parois. Pour réaliser ces travaux d'isolation, il faut veiller à choisir un matériau bien isolant et à mettre une épaisseur suffisante. Car les propriétés des matériaux sont très différentes, en particulier leur conductivité thermique.

Pour bien choisir quoi utiliser lors de votre rénovation écologique, voici une liste des matériaux et l'épaisseur nécessaire pour avoir la même résistance thermique que 10cm de laine de verre:

Matériau Épaisseur
nécessaire (cm)
Béton armé 449
Pierre calcaire (ferme) 435
Briques pleines 295
Parpaing de ciment 244
Plaque de plâtre BA13 64
Paille (bottes à plat) 21
Polystyrène expansé 10

Pour donner un ordre de grandeur d'une bonne isolation, une épaisseur de 240mm de laine de verre sera suffisante sous réserve que sa résistance thermique soit au moins égale à 6 m².K/W.

Après la toiture, c'est l'isolation des murs qui permet d'améliorer la performance énergétique, puis il faut vérifier le vitrage. Pour baisser la consommation énergétique, avoir du double vitrage dans toutes vos fenêtres est un bon début. En dernier lieu, il faut isoler les planchers.

Outre les isolants, c'est aussi le système de chauffage qui va déterminer la performance énergétique du bâtiment. Une chaudière fioul est très polluante, mieux vaut la remplacer. Plusieurs options s'offrent à vous pour faire des économies d'énergie:


Le problème de la ventilation mécanique


Si l'on suit ce que disent les industriels, la solution la plus écologique pour aérer un logement, c'est en utilisant une ventilation mécanique (VMC simple flux ou double flux). Avant de pouvoir en débattre, il faut en comprendre le principe:

schéma de fonctionnement d'une VMC double flux dans une maison

L'air frais (ou air neuf) est aspiré de l'extérieur par un ventilateur pour être distribué dans les pièces via un réseau de gaines. Cet air frais arrive ensuite dans les pièces d'eau (cuisine, WC, salle de bain) et se transforme en air vicié(=impropre) à cause des émanations diverses. L'air vicié est ensuite aspiré jusqu'à la VMC où il échange de la chaleur avec l'air frais pour être ensuite rejeté à l'extérieur.

A priori cela semble une bonne idée, car le logement est aéré et la VMC double flux permet de limiter les pertes de chaleur en préchauffant l'air frais. Mais pour moi, c'est une fausse bonne idée pour 3 raisons: le coût économique, le coût écologique et l'hygiène.

Le gain économique c'est pourtant un argument phare des installateurs. Si l'on suit par exemple ce calcul, une famille vivant dans un 90m² pourrait économiser au total 4240€ sur 20ans (17,66€/mois !) en installant une VMC double flux. Ce serait vrai si la durée de vie de la VMC était effectivement de 20ans. Or la VMC n'est ni plus ni moins qu'un échangeur avec un ventilateur, et la durée de vie d'un ventilateur est de 4ans (une casse de pales est chose fréquente). Je doute qu'en rajoutant l'entretien, on a un gain net effectif. D'autant que si l'on vend son logement avant 20ans, le bilan est encore pire...

Le gain écologique est également très discutable. Entre la faible durée de vie effective et la consommation électrique du ventilateur (50kW qui tourne 24h/24 sur 365j), l'installation ne parait ni durable ni économe en énergie. En rajoutant l'énergie et les matériaux nécessaires à la fabrication de l'ensemble (VMC, gaines, grilles), c'est pire.

Enfin, le débit d'air insufflé par une VMC est faible, ce qui peut avoir des conséquences sur l'hygiène. Les grilles se bouchent en continu et vont en plus réduire le débit s'il n'y a pas nettoyage. Or, un air non suffisamment renouvelé, peut entrainer une surconcentration de monoxyde de carbone, nocif pour la santé. On peut dans l'absolu aussi ouvrir les fenêtres, mais cela annule l'intérêt d'une VMC. On pourrait aussi augmenter le débit de la VMC, mais alors on exploserai la consommation électrique.

Toutes ces raisons montrent que la VMC relève à mon avis plus du greenwashing que de la vraie écologie. Cette dernière me parait fondée sur la durabilité, la simplicité, l'économie d'énergie et de matériaux et cela ne semble pas être le cas ici. Mieux vaut aérer en ouvrant ses fenêtres.


Ne pas négliger l’été


La mode est aux logements très ouverts et lumineux. Toutefois, il ne faut pas oublier que cela peut être un défaut en été. En effet, les fenêtres « emprisonnent » les rayons du soleil et peuvent transformer votre habitat en sauna. On peut envisager d'installer une pompe à chaleur réversible ou une climatisation, mais cela reste très énergivore.

Pour garder une température agréable en été, on peut déjà limiter le nombre de fenêtres et baies vitrées qui donnent sur le sud. En outre, on peut limiter la température interne en faisant de l’ombre. Une solution simple et ingénieuse pour cela est de planter un arbre (à feuillage non persistant) de manière à ce que son feuillage fasse de l’ombre sur les fenêtres. En hiver, il n’aura plus de feuille, ce qui laissera passer les rayons du soleil. Sinon, les volets et stores (manuels et non électriques, si on est un puriste) peuvent également faire l’affaire.

Le triple vitrage est également une solution pour limiter l’augmentation de température de l’habitat en été, car la couche supplémentaire bloque un peu plus les rayons du soleil tout en isolant davantage qu'avec du double vitrage.


Générer de l'énergie pour rendre sa maison passive


Installer des panneaux solaires

Que ce soit sur un terrain bien ensoleillé ou sur la toiture, les panneaux solaires peuvent vous donner une certaine autonomie en électricité. L’électricité générée par l’installation peut être revendue à un fournisseur d’électricité pour rentabiliser l’achat et la pose des panneaux.
Le coût total d’une installation moyenne de 30m² sera de 10 à 13000 € pour environ 120 kWh/m²/an d’électricité produite. En se basant sur 0,18 €/kWh (heure pleine), l’installation permettra d’économiser environ 650€ sur sa facture énergétique annuelle.
Une variante est le panneau solaire thermique qui ne fournit aucune électricité mais chauffe votre eau grâce au rayonnement du soleil.


Installer une éolienne

éolienne en fonctionnement

C’est une autre solution d'énergie renouvelable pour générer de l’électricité de manière autonome. Cela peut compléter des panneaux solaires qui, par définition, ne fonctionnent pas la nuit.

Attention toutefois, les arnaques ou installations inefficaces sont nombreuses. Pour qu'une éolienne soit utile, il faut qu'elle soit placée à un endroit sans aucun obstacle dans un rayon de 30m et à une forte hauteur. Cette hauteur doit être largement supérieure à la hauteur des obstacles à proximité (maisons, arbres, ...). Exit donc les installations sur les toitures et en sus, vous devrez demander un permis de construire. Pour ne courir aucun risque, vous pouvez commander une étude des vents pour vous assurer de la faisabilité de votre projet.

Le coût de l'installation (pose inclue) varie de 10 à 90 000€ selon les caractéristiques de la turbine choisie. Pour une hélice d'1 mètre de diamètre, on peut tabler sur une production électrique moyenne de 180 kWh/an.


Installer un puit canadien/provençal

schéma de fonctionnement d'un puit canadien

Quand on creuse suffisamment profond, la température du sol reste approximativement constante tout au long de l’année (10-15 °C). Le puit canadien ou provençal se base sur ce principe pour respectivement réchauffer ou refroidir la température de la maison. Un conduit est enterré entre la maison et l’extérieur. L’air rentre dans le conduit via une grille externe, se réchauffe (en hiver, sinon il se refroidit en été) pour être diffusée dans le logement. Cela fait un système de chauffage et de climatisation très simple et peu gourmand en énergie.

La réalisation de travaux de mise en place d'un puit canadien vous coûtera de 7 à 12000€, à moduler selon l'installateur selectionné et les contraintes techniques in situ. Pour le gain en confort thermique, on peut estimer en hiver une hausse de température dans le logement allant jusqu'à 6°C et en été une baisse de 8°C.


Faire une rénovation écologique et économique grâce aux subventions


Les subventions et aides financières sont variables selon les lois qui viennent d’être votées et votre situation (ménage modeste ou non, particulier, copropriété, professionnel). Certaines sont cumulables.
La liste ci-dessous est susceptible d’être incomplète. De plus, il faut vérifier que vous êtes bien éligible à chaque aide et que la réalisation des travaux ne doit pas obligatoirement être confiée à un artisan certifié RGE.

Voici quelques pistes pour faire baisser votre facture de rénovation énergétique :


Quelques pistes pour les propriétaires qui veulent aller plus loin


Faire un compost

C’est une méthode ancienne mais efficace pour faire de l’engrais naturel pour son jardin. Attention quand même aux odeurs et à ne pas y mettre n’importe quoi.


Mettre en place un système de récupération des eaux de pluie

Réaliser des économies et être plus éco-responsable pour arroser le jardin, c'est possible en utilisant un conteneur de récupération des eaux de pluie. Une simple dérivation sur la gouttière pour déverser dans un conteneur peut être suffisante.

Pour ceux qui souhaitent utiliser cet eau à des fins sanitaires ou pour la boire, c'est une autre paire de manche. Il faut que l'eau soit bien filtrée, traitée, ce qui nécessitera donc des équipements particuliers. Ce sujet étant bien spécifique, nous vous recommandons de vous informer auprès de spécialistes.


Installer un garage à vélos

L’écologie, ce n’est pas que l’isolation, c’est aussi accompagner la transition verte. Une chose simple à faire et qui peut achever de convaincre un occupant potentiel de choisir votre appartement, c’est de faire un garage à vélos. Inutile de faire compliqué, il suffit d’avoir un espace couvert et de venir y installer un rack à vélo tel que celui ci-dessous. Cela coûte une quarantaine d’euros et peut facilement s’installer soi-même.

rack vélo

Exemple de rack vélo


Installer une prise de recharge pour véhicule électrique

Le véhicule électrique est assez controversé d’un point de vue écologique, mais il semble certain que la proportion de véhicules électriques va augmenter. Le coût de l’installation est très variable selon le type de prise choisie (simple ou recharge rapide performante) et va du millier d’euros à plusieurs dizaines de milliers d’euros.


Conclusion


Que vous soyez propriétaire occupant ou bailleur, vous savez désormais comment effectuer votre rénovation écologique. Comme on a pu le voir, tout ce qu'on nous vante n'est pas forcément écologique ou économique. En utilisant votre bon sens et en faisant des calculs simples de vérification, vous arriverez à trouver un bon compromis.



Envie de recevoir des offres exclusives ainsi que les dernières actualités de l'immobilier en France ?
Inscrivez vous gratuitement à la Newsletter




Revenir à la liste des articles
© COPYRIGHT 2021 AVIS-ACHAT-IMMOBILIER
Contactez-nous Conditions générales de vente Mentions légales Cookies